skip to Main Content

Mise à disposition de flacons de vaccin Pfizer-Biontech dans des centres de vaccination pour les professionnels de santé de ville

Vous êtes un professionnel libéral et vous souhaitez disposer de vaccin Pfizer-BionTech.
Nous vous rappelons que, conformément au message diffusé le 2 juillet (ci-joint), la mise à disposition de vaccin Pfizer est à présent possible via les centres de vaccination.
Toute demande doit être adressée à la cellule vaccination de l’ARS-DD06 ars-paca-dd06-vaccination-covid19@ars.sante.fr qui est en charge de la mise en relation avec le centre de vaccination de proximité.

Nous souhaitons porter à votre connaissance une nouvelle mesure mise en place dès aujourd’hui et permettant de faciliter l’accès du vaccin Pfizer-BionTech en médecine de ville.
Depuis le 16/07/2021 (DGS-Urgent n°2021-68 ci-joint), les pharmacies volontaires peuvent devenir des « officines relais » et à ce titre, se mettre directement en relation avec les centres de vaccination volontaires (après validation par l’ARS) afin de disposer de vaccins Pfizer-BionTech, en fonction des stocks disponibles.

Cette constitution et identification comme officine relais a pour objectif de faciliter la redistribution des vaccins auprès des médecins, infirmiers ou sages-femmes qui en font la demande. L’officine relais peut ainsi recenser les demandes sur son territoire, opérer un retrait groupé des doses auprès du centre de vaccination de proximité, et assurer la redistribution en en garantissant la traçabilité et le respect de la chaîne du froid.

Afin de rendre cette mesure effective, nous demandons aux pharmaciens volontaires de se manifester auprès de l’ARS ars-paca-dd06-vaccination-covid19@ars.sante.fr et d’en informer les médecins, sages-femmes et infirmiers de leur réseau.

En tant que professionnel de santé, vous êtes invité à respecter les bonnes pratiques relatives à la vaccination quel que soit le vaccin mis à votre disposition.

DGS Urgent n°2021-68

Afin d’accroître la couverture vaccinale des Français durant l’été, les flacons de vaccin Pfizer-BioNTech non utilisés dans les centres de vaccination sont mis à la disposition de tous les professionnels libéraux habilités à commander sur le portail de télé-déclaration. Cette mise à disposition de flacons est coordonnée au sein de chaque région par l’ARS compétente.

Pour apporter les flacons de vaccin au plus proche des professionnels de santé, les pharmacies volontaires peuvent aussi se faire le relai des flacons non utilisés des centres de vaccination de proximité, en vue d’une dispensation des vaccins aux médecins, infirmiers ou sages-femmes qui le souhaitent. Elles sont dénommées « officines relais » dans la suite du présent document.

Cette mesure vise à fluidifier l’écoulement des flacons de vaccin Pfizer-BioNTech non utilisés dans les centres : les flacons de vaccin Pfizer-BioNTech ne seront donc pas disponibles dans l’immédiat à la commande sur le portail de télé-déclaration, mais proposés par chaque centre volontaire, en partenariat avec son ARS et en fonction des stocks disponibles.

Cette mesure a également pour objectif de faciliter la vaccination des adolescents en médecine de ville : à ce jour, seul le vaccin Pfizer-BioNTech est autorisé pour vacciner les 12-17 ans.

La réception des flacons de vaccin Pfizer-BioNTech par les professionnels de santé libéraux doit suivre les mêmes conditions de traçabilité et de respect de la chaîne du froid que celle des flacons de vaccin Moderna dans le circuit de la ville. Elle est précisée dans l’annexe 1 de ce DGS Urgent.

Les professionnels de santé sont invités à consulter et respecter scrupuleusement les bonnes pratiques relatives à la vaccination avec le vaccin Pfizer-BioNTech, notamment en ce qui concerne sa reconstitution et son administration, son transport et sa conservation, et l’extraction de la septième dose. Elles sont décrites dans les documents suivants :
· L’annexe 1 de ce DGS-Urgent : Pfizer en ville – Conditions de stockage, étiquetage et transport ;
· L’annexe 2 de ce DGS-Urgent : Check-list à destination des professionnels de santé libéraux ;
· La fiche technique du vaccin Pfizer, disponible sur le site du Ministère des Solidarités et de la Santé ;
· La notice d’utilisation des sacoches isothermes pour le transport des doses de vaccin ;
· Le tutoriel vidéo relatif aux bonnes pratiques de préparation et d’extraction de la 7ème dose des vaccins Pfizer ».

Vous trouverez le présent message sur le site du Ministère des Solidarités et de la Santé.

Bernard CELLI Maurice-Pierre PLANEL
Responsable de la Task Force Vaccination Directeur général Adjoint de la santé

ANNEXE 1
PFIZER EN VILLE : CONDITIONS DE STOCKAGE, ETIQUETAGE ET TRANSPORT

Le dispositif Pfizer en ville a pour objectif de limiter la perte de flacons de vaccin Pfizer en centre, en permettant à ces derniers de mettre à la disposition des personnels de santé (médecins, pharmaciens, infirmiers et sages-femmes) leurs flacons non utilisés et qui approchent de leur péremption.

C’est donc aux professionnels de santé libéraux d’aller chercher les flacons de vaccin directement auprès des centres ou des officines-relais le cas échéant.

Lors de la réception des flacons, les professionnels libéraux se verront remettre en même temps les kits d’administration (seringues et aiguilles) ainsi que les flacons de sérum physiologique dans les proportions correspondantes.

I – RAPPELS SUR LA DECONGELATION ET LA DATE DE PEREMPTION DES FLACONS

Dans les centres de vaccination qui conservent leurs flacons à 2°C-8°C
Lors de la décongélation de -90°C/-60°C à 2°C-8°C des flacons de vaccin Comirnaty, en établissement hospitalier ou en établissement pivot, les boîtes ou les plateaux ont été ré-étiquetés, afin d’indiquer la nouvelle date limite d’administration du vaccin.

Le calcul de cette nouvelle date limite d’administration du vaccin suit la formule :
Décongélation JJ/MM/AAAA => date limite d’administration JJ-1/MM+1/AAAA.

La nouvelle date de péremption ne peut être supérieure à la date de péremption mentionnée sur le flacon avant décongélation. C’est cette date de péremption qu’il conviendra d’indiquer sur les flacons qui seront cédés, suivant la procédure ci-dessous.

Dans les centres de vaccination qui conservent leurs flacons à -80°C
Ce circuit ré-étiquète les plateaux de flacons Pfizer lors de leur première décongélation, de -80°C à -20°C. La nouvelle date limite de péremption suit la formule :
Décongélation JJ/MM/AAAA => Nouvelle date de péremption JJ+13/MM/AAAA.

La date de péremption ne change pas lors de la seconde décongélation, car le vaccin se conserve moins longtemps entre -25°C et -15°C qu’entre 2°C et 8°C : c’est cette date de péremption qu’il conviendra d’indiquer sur les flacons qui seront cédés, suivant la procédure ci-dessous.

II – ETIQUETAGE DES FLACONS CEDES

Lorsqu’un professionnel de santé libéral vient en centre récupérer des flacons de vaccin Pfizer, il doit venir muni du nombre d’étiquettes pré-remplies correspondant au nombre de flacons qu’il souhaite récupérer. Ces étiquettes contiennent les informations suivantes :
Les centres de vaccination ont la responsabilité de recopier le numéro de lot, la date de décongélation et la nouvelle date limite d’administration du vaccin sur ces étiquettes pré-remplies et de les coller sur chaque flacon cédé à un professionnel libéral, à partir des étiquettes de plateau ou de boîte correspondantes. Aucun flacon ne peut être cédé sans être étiqueté individuellement.

III – CAS DES OFFICINES RELAIS

Les pharmaciens volontaires peuvent se constituer en « officine relai », c’est-à-dire qu’ils collectent des flacons non utilisés des centres de vaccination selon les conditions indiquées ci-dessus, en vue d’une dispensation des vaccins aux médecins, infirmiers ou sages-femmes qui le souhaitent. Il s’agit d’un dispositif exceptionnel et strictement réservé à la campagne nationale de vaccination contre la Covid-19.

Les officines relais sont invitées à ne pas constituer de stocks de flacons et à les distribuer aux personnels libéraux de proximité dans les plus brefs délais.

IV – TRANSPORT ET STOCKAGE

Le professionnel libéral s’engage ensuite à transporter le flacon ainsi récupéré jusqu’à son officine, relai ou non, ou cabinet, dans un équipement isotherme qualifié pour maintenir la température entre 2°C et 8°C, et qui contient des dispositifs de calage adaptés. Le vaccin doit être manipulé avec précaution.

Pour rappel, les contraintes de stockage et de transport du flacon non ouvert à 2-8°C sont :
– Stockage : 1 mois,
– Transport : 12 heures en cumulé.

La date et l’heure d’élimination du vaccin après ouverture du flacon, soit 6 heures après ouverture, est à remplir par l’effecteur.

ANNEXE 2
CHECK-LIST A DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE LIBERAUX

QUESTIONS
Quels professionnels de santé libéraux sont concernés ?
Tous les professionnels de santé qui peuvent déjà commander via le portail de télé-déclaration (médecins, pharmaciens, IDE et sages-femmes).

Que doit emporter le professionnel de santé ?
· Sa carte professionnelle ;
· Un dispositif de conservation adaptées (ci-après).

Quels sont les engagements pris par les professionnels de santé ?
· Bonnes pratiques :
o Extraire 7 doses par flacon à partir du matériel fourni par le centre de vaccination.
o Les flacons retirés doivent correspondre à une demande effective ou potentielle de la patientèle.
· Conditions de conservation et de transport des vaccins :
o Respecter les contraintes de stockage et de transport des vaccins conformément au résumé des caractéristiques du produit (RCP) :
=> Rappel des caractéristiques du produit :
*Pfizer : ensuite les flacons peuvent être replacés à -90°C / -60°C – une seule fois.

Contraintes : transport des flacons stables, sans secousse, ne pas recongeler. Ne pas exposer à la lumière extérieure ou aux ultraviolets.

Appui des espaces éthiques régionaux

Dans le contexte actuel de pandémie avec des équipes confrontées à des choix inhabituels en contexte de crise et de réflexion autour des mesures de protection en EHPAD et en USLD , nous souhaitons vous informer que les espaces éthiques régionaux sont à votre disposition pour accompagner les établissements de santé et médico-sociaux et les soignants de PACA dans leur démarche de réflexion éthique lorsqu’ils sont confrontés à une situation d’arbitrage complexe ou lors de vos réflexions institutionnelles relatives aux droits des patients.

Vos interlocuteurs sont les 2 antennes de l’Espace de réflexion éthique interrégional PACA-Corse :
La Cellule éthique de soutien COVID-19 PACA-Est
Sur simple appel téléphonique (04 92 03 69 42) ou par courriel (cellule.ethique.de.soutien@chu-nice.fr)

Vous pourrez trouver aussi auprès de l’EEA de nombreuses ressources (lettres d’informations, articles et ouvrages, etc.) pour vous permettre de vous informer, de vous former, mais aussi d’échanger sur les questionnements éthiques qui peuvent être les vôtres.

Le site de Marseille propose divers outils, podcasts et événements permettant d’apporter un éclairage éthique collégial et pluridisciplinaire aux professionnels ou usagers confrontés à des tensions et questionnements complexes liées à la pandémie COVID-19. Un large choix d’enseignements en éthique est proposé par l’Université d’Aix Marseille.

Dans les 2 cas, une prise de contact téléphonique sera faite dans les 24 heures pour bien cerner les contours des problématiques éthiques que vous rencontrez, après concertation auprès des membres pluridisciplinaires de la cellule éthique de soutien (CES), et vous aider à prendre la décision la plus éclairée possible eu égard aux circonstances auxquelles vous faites face. 

N’hésitez pas à les solliciter à tout moment, leurs équipes sont à votre écoute.

Vaccin AstraZeneca

L’efficacité démontrée du vaccin AstraZeneca dans la prévention des hospitalisations et des décès liés au COVID l’emporte en effet largement sur la probabilité extrêmement faible de développer les effets secondaires signalés dans certains pays européens et apparaissant chez des personnes majoritairement âgées de moins de 55 ans.
La HAS a défini dans son avis du 19 mars 2021 la recommandation suivante :
– Compte tenu du déroulement de la campagne vaccinale, qui va concerner au cours des deux prochains mois les populations âgées, la HAS recommande à ce stade d’utiliser le vaccin AstraZeneca pour les personnes âgées de 55 ans et plus.
– Dans l’attente de données complémentaires la HAS recommande donc d’utiliser les vaccins à ARNm (vaccins Pfizer et Moderna ) chez les personnes éligibles à la vaccination âgées de moins de 55 ans.
Les professionnels de santé sont par conséquent invités à reprendre les vaccinations avec ce vaccin efficace et sûr dès à présent et en tenant compte de ces nouvelles indications.
Concernant les personnes de moins de 55 ans ayant déjà reçu une première dose du vaccin AstraZeneca, la HAS se positionnera très prochainement sur les modalités d’administration de la seconde dose. La HAS rappelle qu’un intervalle de 12 semaines est à respecter entre les deux doses.

Guide pour la vaccination anti-COVID des patients allergiques

Le service clinique des bronches, allergie et sommeil de l’Hôpital Nord, des Hôpitaux Universitaires de Marseille, dirigé par le Pr Pascal CHANEZ met à votre disposition un « Guide pour la vaccination anti-COVID des patients allergiques ».
Ce guide peut être utile aux médecins des centres de vaccination et aux médecins prescripteurs.
Une boîte mail est également créée : allergovigicovid@ap-hm.fr.
Cette boîte mail peut également être utilisée en cas de réaction allergique survenue après une vaccination anti-COVID.

La campagne de vaccination contre le COVID est désormais ouverte à tous sans conditions d’âge et de comorbidités

Cette généralisation ne doit pour autant conduire à un essoufflement de notre investissement collectif sur la vaccination des personnes à risques, susceptibles de faire des formes graves du COVID.
Cette étape est essentielle pour la protection individuelle de ces personnes et pour éviter lors d’une prochaine vague la saturation de notre système de soins.
En croisant les données de l’assurance maladie (patients atteints de pathologies à risque pour le COVID) et le système d’information SI COVID, nous constatons qu’une mobilisation des acteurs de la santé dont les acteurs hospitaliers est encore nécessaire pour convaincre les patients de se faire vacciner.

Vous trouverez ci-joint des données par pathologie qui mettent en évidence un taux de vaccination en région inférieur à la France entière avec des disparités infrarégionales selon les départements et les pathologies. Une attention particulière mérite d’être portée aux patients porteurs de pathologie respiratoire, de pathologie psychiatrique, de maladies auto-immunes ou en situation d’obésité.

Nous comptons sur votre capacité à relayer ces informations (un partage en CME pourrait être un bon outil de mobilisation de votre communauté médicale) et sur votre mobilisation pour poursuivre la campagne de vaccination.
Nous savons que les professionnels de santé sont les meilleurs relais auprès des patients pour les convaincre de se faire vacciner. Nous vous tiendrons informé tous les mois de l’évolution de ces données qui sont d’ores et déjà à votre disposition sur le site https://datavaccin-covid.ameli.fr/pages/details-pathologies/

Si vous êtes à l’origine d’initiatives qui ont pour objectif de parfaire le taux de vaccinations des patients à risque, nous vous remercions de nous en faire part (ARS-PACA-DOS@ars.sante.fr)

Replay du webinaire tenu par le Pr. Fischer lundi 23 février 2021

Vaccin AstraZeneca : tutoriel à destination des professionnels qui vaccinent en ville

Décret élargissant les PDS qui peuvent vacciner

Il s’applique immédiatement. Il concerne :

  • Les pharmaciens pour la prescription et l’administration de vaccins
    o Sauf pour les femmes enceintes / les personnes présentant un trouble de l’hémostase (ce qui est différent des personnes sous anticoagulant) / les personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à l’un des composants du vaccin ou ayant eu une réaction anaphylactique lors de la 1ère injection
  • Les sages-femmes pour la prescription et l’administration de vaccins pour les femmes et l’entourage de la femme enceinte et de l’enfant pendant la période postnatale (la période est définie à l’article D. 4151-25 du code de la santé publique ; elle est de 8 semaines après l’accouchement).
    o Sauf pour les personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à l’un des composants du vaccin ou ayant eu une réaction anaphylactique lors de la 1ère injection
  • Les infirmières pour l’administration du vaccin
    o Sauf pour les personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à l’un des composants du vaccin ou ayant eu une réaction anaphylactique lors de la 1ère injection
    o sous réserve, qu’un médecin puisse intervenir à tout moment.

VOIR LE DECRET

Vaccination des secrétaires et assistants médicaux dans les cabinets :

 « Sur le site du Ministère de la santé, il est prévu que les secrétaires médicaux en cabinet de ville et les assistants médicaux sont concernés par la vaccination et sont listés parmi la liste des « Professionnels du secteur de la santé et du secteur médico-social ».

https://solidarites-sante.gouv.fr/grands-dossiers/vaccin-covid-19/article/la-strategie-vaccinale-et-la-liste-des-publics-prioritaires »

Voici les pages dédiées à la vaccination des sites internets institutionnels, qui restent la source d’information mise à jour très régulièrement :

Ces informations sont reprises sur les pages du site internet de l’ARS PACA : https://www.paca.ars.sante.fr/vaccination-covid-19-0

Back To Top