skip to Main Content

Différentes sources de données (CEIP-Addictovigilance, OFDT) rapportent une augmentation récente des intoxications liées à la consommation de GBL (gamma-butyrolactone), précurseur du GHB (gamma-hydroxybutyrate), notamment en Ile de France.
Le GBL est un solvant chimique, incolore, métabolisé en GHB après absorption. Il est généralement utilisé dans un contexte festif, les effets recherchés étant l’euphorie, la désinhibition, l’empathie.
Afin de permettre une prise en charge médicale plus rapide de ces patients, la Direction générale de la santé souhaite appeler l’attention des professionnels de santé (Services d’urgences, Services d’urgences psychiatriques, cardiologiques, neurologiques, SAMU, ELSA et services d’addictologie) sur :

– Les symptômes d’une intoxication par le GBL/GHB qui sont notamment :

• ataxie, myoclonies, nystagmus, somnolence, désinhibition

• hypothermie, bradycardie, hypotension

• dépression respiratoire, convulsions, coma pouvant entrainer le décès[1][1].

– La majoration des risques de survenue de ces symptômes fréquemment associée à l’ingestion concomitante d’autres substances telles que l’alcool ou les benzodiazépines (effets dépresseurs neurologiques).

– L’absence d’antidote et la nécessité de mettre en œuvre un traitement symptomatique lors d’une intoxication aiguë.

– L’intérêt d’effectuer une analyse toxicologique urinaire et sanguine à la recherche de GBL et de son métabolite (GHB).

– Le potentiel addictogène de ces substances : des cas de prises répétées et de dépendance, avec signes de sevrage ont été rapportés, aussi il est important de repérer ces situations en vue d’une orientation vers une prise en charge spécialisée si nécessaire.

– La possibilité de se rapprocher du CEIP-A de leur secteur géographique (voir le lien) pour toute information complémentaire, dont les coordonnées sont disponibles en consultant ce lien.

– La nécessité de déclarer tout cas grave de pharmacodépendance, d’abus et d’usage détourné au CEIP-A dont le professionnel de santé dépend ou sur le site signalement-sante.gouv.fr

Back To Top