skip to Main Content

 

Les facteurs Prédisposant, Contribuant à une Crise Suicidaire et Précipitant le Suicide

David SOFFER, Psychiatre libéral, médecin coordonnateur du réseau ASMA

Gilbert FABRE, Psychiatre libéral, Président du réseau ASMA

Les idées suicidaires n’impliquent pas systématiquement un passage à l’acte car, face à des événements, le sujet pense à des solutions. Il utilise ses capacités d’adaptation pour les éviter. Si ses idées suicidaires sont persistantes, il va lutter pour éviter la crise et utiliser d’autres pistes : dialoguer, partager, rechercher du soutien etc…

Notre attention doit être ainsi attirée par des indices qui prédisposent parmi lesquels :

• Antécédents de TS personnels ou familiaux

• Antécédents  de dépression, de troubles anxieux, de phobies

• Antécédents de maltraitance

• L’impulsivité, la violence

Ou des indices qui contribuent :

• Consommation de toxiques

• Maladies chroniques (DID, PR)

• Trouble de l’identité sexuelle

• Isolement, conduite de rupture

Le Processus Suicidaire

C’est une crise dont le risque majeur est le suicide car l’idée de suicide devient une solution dominante voir la seule solution. Cette crise peut durer quelques minutes à quelques jours.

Un événement précipitant peut précéder le passage à l’acte :

• Échec ou déception scolaire

• Séparation

• Humiliation, sentiment d’injustice ++

• Evénements anodins : perte, vol ou suppression du portable, internet

Pour évaluer le risque de passage à l’acte, il faut prendre en compte les facteurs qui vont prédisposer et contribuer à engager l’adolescent dans un processus suicidaire.

Il faut enfin rechercher les facteurs d’urgence c’est à dire évaluer la probabilité et l’imminence d’un geste comme :

• L’intensité de la douleur morale

• Niveau d’impulsivité

• Degré d’intentionnalité : où, quand, comment ?

Il faut enfin rechercher les facteurs de dangerosité comme :

• le moyen envisagé et

• l’accessibilité de ce dernier ++++

Back To Top